Consommer des caroténoïdes et réduire le risque d’apparition du syndrome métabolique



L’association entre la vitamine A, les caroténoïdes et le syndrome métabolique: Une revue systématique et une méta-analyse.


M.A. Beydoun et al. Nutrition Reviews Octobre 2018


Résumé


Entre 1997 et 2017, les auteurs ont analysé dans une revue systématique et une
méta-analyse, 44 études cliniques de cas contrôles et de cohortes regroupant au
total 29 763 participants.


L’objectif de cette analyse est de déterminer le lien entre la consommation de
caroténoïdes et la survenue du syndrome métabolique.


Les résultats mettent en évidence une association inverse entre la consommation
élevée de caroténoïdes et le développement du syndrome métabolique chez tous les
sujets.


Cependant, un examen plus approfondi de ces résultats révèle que parmi les
caroténoïdes, ceux qui ont la plus forte corrélation négative avec la survenue du
syndrome métabolique sont, par ordre décroissant, le béta carotène, l’alpha
carotène et le cryptoxanthine.


En revanche, la consommation élevée de rétinol ne semble pas avoir d’impact sur le
développement du syndrome métabolique.


Selon les auteurs, le mécanisme d’action expliquant l’association négative entre la
consommation de ces caroténoïdes et l’apparition du syndrome métabolique, passe
par leurs implications dans la lutte contre le stress oxydatif, le contrôle de la
lipogenèse, la production de l’adipokine et la libération des médiateurs de
l’inflammation.


Ces facteurs sont connus pour affecter l’accumulation des graisses au niveau
abdominal et le déclenchement de l’insulino-résistance, éléments déterminants
dans la constitution du syndrome métabolique.


De plus, les auteurs estiment que ces résultats sont d’autant plus importants que
l’apport alimentaire en caroténoïdes dans les pays industrialisés reste faible.