L’intérêt de l’apport en Oméga-3 dans la fonction cognitive



Association entre la composition des érythrocytes et de l’apport alimentaire
en acides gras polyinsaturés n-3 et n-6 et les mesures de la fonction cognitive.

 

S. J. Bigornia et al Nutrients, septembre 2018

 

Résumé

 

Les auteurs de cette étude ont examiné le lien entre d’une part, la composition des
membranes érythrocytaires et l’apport alimentaire en acides gras polyinsaturés de
longue chaine et d’autre part, les mesures de la fonction cognitive chez les
participants à l’étude Boston Puerto Rican Health Study dont l’âge moyen est de 57ans.


La teneur en acides gras polyinsaturés dans les globules rouges et dans
l’alimentation des sujets a été déterminée au début de l’étude et 2 ans plus tard.


Cette teneur a été comparée avec les scores du Mini-Mental State Exam (MMSE)
chez 1032 participants, le profile de la fonction cognitive identifié par une batterie
de tests chez 865 sujets et avec la présence éventuelle de dysfonctionnement
cognitif.


Le taux des acides gras polyinsaturés au niveau érythrocytaires et leur apport
alimentaire n’étaient pas significativement associés aux scores du MMSE
néanmoins, ils étaient corrélés à un meilleur score des fonctios exécutives (P<0.05).


Un taux élevé de la concentration érythrocytaire en acide gras n-6 eicosadienoique
était associé avec un plus faible score du MMSE et de fonctions exécutives (P=0.02).


Seul le contenu des globules rouges en acides gras arachidonique était corrélé avec
un dysfonctionnement cognitif (P=0.01).


En conclusion, cette étude met en évidence d’une part, l’impact favorable de la
consommation des acides gras polyinsaturés n-3 sur les fonctions exécutives et
d’autre part, l’augmentation du risque de dysfonctionnement cognitif provoquée par
l’accroissement de la quantité tissulaire de l’acide arachidonique.