Supplémentation en DHA durant l’allaitement et diminution du risque de diabète de type 1



Le lien entre le statut de l’acide gras docosahexaenoique (DHA) pendant l’allaitement et le risque de diabète de type 1 chez l’enfant.

Sari Niinisto et al
Diabetologia, 2017, mai, (1-11)

Résumé

allaitement DHAL’objectif de la présente étude, effectuée par une équipe de l’institut national de la
santé finlandais, est d’analyser l’existence d’un lien éventuel entre le niveau
plasmatique de certains acides gras, en particulier les oméga 3 de source marine, et
le risque de développement de diabète de type 1 chez des enfants génétiquement
prédisposés à cette maladie.

Entre 1997 et 2004, 7782 nouveau-nés prédisposés au diabète de type 1
appartenant à la cohorte Type 1 Diabetes Prediction and Prevention Study ont été
suivis régulièrement entre l’âge de 3 et de 24 mois puis annuellement jusqu’à l’âge
de 15 ans grâce au dosage des anticorps anti ilots de Langerhans.

Un questionnaire sur les habitudes nutritionnelles, les sources des acides gras,
l’allaitement et le type de formules de lait artificiel consommées a été également
soumis aux enfants et leurs mères inclus dans cette étude.

De plus, chez 240 enfants ayant développés des anticorps anti ilots, le taux des
acides gras a été déterminé dans des échantillons de plasma prélevés à l’âge de 3 et
de 6 mois et comparé à celui de 480 enfants normaux du même âge.

Les résultats ont montré qu’un niveau plasmatique élevé de l’acide gras
docosahexaenoique (DHA) était associé à un faible risque de réaction auto-immune
contre les ilots.

En revanche, un lien contraire a été établi entre un niveau sanguin élevé de l’acide
gras alpha linolénique, du ratio W3/W6 et du rapport acide gras
arachidonique/DHA et l’apparition d’anticorps anti ilots.

Par ailleurs, les enfants ayant été allaités et dont l’alimentation de leurs mères
contenait une source d’oméga 3 d’origine marine avaient un moindre risque de
développement de diabète de type 1.

Ce risque était plus élevé parmi les enfants ayant reçu des formules de lait artificiel
à base de lait de vache.

Cette étude fournie une preuve supplémentaire de l’importance d’une part, de
l’allaitement et d’autre part, de l’apport en DHA pendant l’allaitement.

En effet, elle met en évidence la capacité de cet acide gras de source marine à moduler
favorablement le système immunitaire des nouveau-nés prédisposés au développement
du diabète de type 1.

Elle appuie, entre autre, l’intérêt d’un apport suffisant en DHA pendant l’allaitement
en particulier, chez les mères porteuses de diabète de type 1 ou chez celles ayant des
antécédents familiaux de cette maladie auto-immune.

Par conséquent, la prise pendant l’allaitement de LERO NATALIENCE, riche en DHA,
peut contribuer à optimiser le statut de cet acide gras chez le nourrisson dont le
système immunitaire est en cours de maturation.