Depuis quelques années, le mode de vie « Végan » est en vogue et ne cesse de faire de plus en plus d’adeptes. Mais être végan, cela a tout de même des conséquences sur notre santé. En effet, se nourrir végan, et apporter à son corps tout ce dont il a besoin, n’est pas toujours simple. Tout aussi difficile parfois de trouver des compléments alimentaires qui respectent ce mode de vie. Mais difficile ne veut pas dire impossible…

Le Véganisme

Cela ne fait même pas une décennie que le Véganisme est entré en France, et pourtant, le terme « végan » a vu le jour en 1944 aux Etats-Unis.

Mais être végan, cela veut dire quoi exactement au quotidien ?

Tout commence par le végétarisme, où les individus ne mangent pas d’animaux, ils sont végétariens !

Vient ensuite le végétalisme, où les individus, déjà végétariens, ne mangent pas non plus d’aliments dérivés des animaux (laitages animaux, œufs…), ils sont végétaliens !

Nait alors le véganisme, désigné comme un mode de vie basé sur le refus de toute forme d’exploitation animale. Les individus décident alors d’exclure, pour se nourrir, toute activité faisant souffrir les animaux, les considérant à juste titre comme des êtres vivants, capables de ressentir des sentiments et des émotions. Ils sont végans !

Au quotidien, outre l’alimentation où elle se nourrit à 100% de végétaux, une personne végan choisit de modifier son mode de vie. Elle fréquente des cirques sans animaux, préférant ainsi les observer dans la nature, en bannissant bien évidemment la chasse et la pêche. Côté pratique, la personne végan ne porte que des vêtements fabriqués en matières non animales, ou ne faisant pas appel à leur exploitation, privilégiant ainsi le coton ou les matières synthétiques, et évitant le cuir ou plus encore, la fourrure. De plus, pour ce qui est des cosmétiques, une personne végan n’utilise que des produits de beauté ou d’entretien non testés sur les animaux.

Quelles conséquences sur la santé ?

A l’heure où l’on entend partout qu’il faut manger varié et équilibré, manger de tout sans excès, il semblerait que le véganisme ne réponde pas exactement à tous ces critères ! Il y a certains minéraux et vitamines que l’on ne trouve en quantité nécessaire que dans les produits animaux. Ils sont dans les produits végétaux en très faibles quantités, ou dans des conditions moins assimilables.

La principale carence dont il faut se préoccuper quand on est végan est la carence en vitamine B12. En effet, c’est la seule vitamine à être exclusivement présente dans les aliments d’origine animale. Une carence en vitamine B12 peut être grave si on tient compte du fait qu’elle joue un rôle important dans la formation des globules rouges, mais aussi dans le renouvellement cellulaire. Les personnes végan devront donc inévitablement se supplémenter en vitamine B12. Mais là encore, attention à la forme de vitamine B12 que l’on prend (certaines sont moins assimilables que d’autres). Mieux vaut privilégier la vitamine B12 sous forme méthylcobalamine, ou encore hydroxocobalamine, et éviter la forme cyanocobalamine (certes moins onéreuses, mais moins qualitative).

Parlons ensuite du fer. Il est la première carence à laquelle on pense lorsque l’on parle de mode de vie végan. Sa carence n’est pas à prendre à la légère sachant qu’on en a besoin pour le bon fonctionnement de notre organisme. Plus spécifiquement au niveau de notre hémoglobine, de notre système sanguin, mais aussi musculaire. Cependant, bien que le fer animal soit bien mieux assimilable que le fer d’origine végétale, cette carence ne concerne pas forcément plus les végans que les omnivores. Quel que soit notre mode de vie, il est important de s’assurer que notre taux de fer est correct, et le cas échéant, de veiller à être dans de bonnes conditions d’assimilation. Prendre suffisamment de vitamine C car elle aide à fixer le fer, et limiter les excès de théine ou de caféine qui, à contrario, inhibent la fixation du fer.

Parlons maintenant du calcium. Nombreuses sont les personnes qui s’imaginent que le calcium n’est présent que dans les produits laitiers… C’est Faux ! Beaucoup de végétaux en sont pourvus à des quantités qui n’ont rien à envier aux produits laitiers. Il s’agit notamment des légumes verts tels que le brocoli, les choux, le persil, ou encore certaines eaux minérales, les amandes ou encore les haricots blancs.

On ne parle pas de calcium sans parler de vitamine D. Mis à part le soleil, qui en est la principale source, la vitamine D se trouve essentiellement dans les aliments d’origine animale. S’ils veulent éviter d’avoir une défaillance immunitaire, il sera donc conseillé aux végans de se supplémenter en vitamine D, notamment pendant la période hivernale.

Pour ce qui est des protéines, il s’agit d’un faux problème. Quand on pense protéines, on pense inévitablement à la viande, aux poissons ou aux œufs. Mais il existe des protéines dans de nombreux végétaux, tels que les céréales ou les légumineuses. Il suffit juste pour un végan de manger équilibré et varié.

En résumé, à part pour la vitamine B12 (carence qui peut être simplement comblée par des compléments alimentaires), l’alimentation végan ne présente pas vraiment de risques pour la santé. Comme pour tout, tout est question d’alimentation variée et équilibrée, et de faire attention à son corps.

Spiruline, curcuma, eucalyptol

Pour répondre à une demande de plus en plus grandissante, le laboratoire Léro a décidé de créer des compléments alimentaires végans.

  • La spiruline

Ce complément alimentaire est certes végan, mais il est surtout très intéressant pour les personnes végans de par sa composition et l’intérêt qu’il présente en matière nutritionnel.

En effet, la spiruline est une algue d’eau douce riche en vitamines, minéraux, acides aminés en tout genre. Mais son intérêt réside surtout dans sa richesse en vitamine B12, en fer, et aussi en acides aminés difficiles à trouver dans les végétaux. La spiruline est donc un excellent complément alimentaire pour les végans, encore plus lorsque la gélule est d’origine végétale pour en faire un complément compatible avec l’alimentation végan.

  • Le curcuma

Les douleurs inflammatoires, digestives ou articulaires sont très désagréables au quotidien. Là où il est recommandé de manger plus de poissons gras pour leurs apports en oméga 3 (molécules anti-inflammatoires naturelles), cela s’avère plus compliqué pour les végans qui doivent trouver d’autres solutions pour se soigner. C’est là que le curcuma entre en scène. Epice de plus en plus connue et reconnue, le curcuma est en train de s’installer dans l’arsenal thérapeutique de toute personne désireuse de se soigner naturellement.

  • Eucalyptol

L’hiver est là et les rhumes vont commencer à frapper à nos portes. Qui n’a pas connu cette sensation désagréable de nez bouché, de respiration difficile ou cette impression d’être pris dans un étau ?

A l’heure où de nombreuses molécules chimiques, utilisées par les laboratoires pharmaceutiques sont sur la sellette et sur le banc des accusés, quoi de mieux que de faire appel aux solutions naturelles ?

Léro a choisi de mettre à l’honneur les huiles essentielles en créant « Léro Eucalyptol ». Formule innovante à base d’huiles essentielles issues de l’agriculture biologique certifiée (Eucalyptus globuleux décongestionnant, myrte expectorante, lavande officinale antiseptique), Léro Eucalyptol contribue au confort des voies respiratoires hautes, et ce, dès les premiers signes, tels que sensation de nez bouché, écoulement nasal ou encore éternuements.

Et parce qu’on peut être végan à tout âge, Léro a également une gamme de produits adaptés aux enfants : Léro dès 3 ans

Plus qu’un effet de mode, être végan est un véritable mode de vie qui peut apparaitre comme extrémiste pour certains, voire dangereux pour la santé, mais qui en y regardant de plus près peut s’avérer bénéfique dans bien des domaines, à commencer par la protection de l’espèce animale. Et quand on y pense, au quotidien, être végan ne s’avère pas plus compliqué qu’être omnivore, que ce soit dans la façon de se nourrir, de s’habiller, de se soigner, ou de tout simplement, vivre !

A propos de l’auteur

Fanny Holstaine, pharmacienne toulousaine, expatriée au Pays Basque, Fanny Holstaine est passionnée par son métier mais surtout par les médecines naturelles, telles que l’aromathérapie, la phytothérapie, l’homéopathie, les Fleurs de Bach, la micronutrition ou encore la mycothérapie. Autant d’outils qui lui permettent d’améliorer simplement le quotidien de ses patients car, conseiller les gens, leur donner des astuces, répondre à leurs demandes et donc à leurs attentes est son quotidien.

Autres articles

Vitamines et allaitement

Ça y est, la famille s’est agrandie ! Vous rentrez enfin à la maison avec bébé, et vous avez fait le choix d’allaiter. Même si l’allaitement est quelque chose de naturel, cela n’en reste pas [...]