Ça y est vous êtes enceinte, félicitations ! Vous souhaitez maintenant mettre tout en œuvre pour vivre de façon agréable et sereine ce beau moment, et contribuer à la santé de votre futur bébé. Suivez donc ces quelques conseils d’hygiène de vie.

L’alimentation

Votre hygiène alimentaire contribue évidemment largement à votre santé, votre bien-être, ainsi que qu’à votre bébé.
Pendant la grossesse, il n’est pas question d’augmenter les quantités d’aliments ingérés, mais bien la qualité nutritionnelle.

Il faudra également éviter de sauter un repas, car cela correspond pour le fœtus à une journée entière sans manger. Si cela se répétait, il pourrait y avoir une augmentation des risques de malformation, retard cérébral ou encore d’hypotrophie fœtale.

Votre alimentation sera bien évidemment biologique, afin de limiter tous toxiques (polluants, pesticides, antibiotiques etc…). Idéalement elle sera en ce sens hypotoxique (initialement Seignalet), c’est-à-dire la plus naturelle possible, en évitant donc les aliments transformés et industriels, les céréales mutées et contenant du gluten (Blé, Avoine, Seigle, Orge, Grand Épeautre, Kamut), les produits laitiers animaux, et privilégiez la cuisson à la vapeur douce ou à l’étouffée pour limiter les hautes températures et préserver les nutriments.

Quelques micro et macronutriments sont indispensables durant la grossesse pour le bon développement fœtal et votre santé :

  • Zinc (Besoins pendant la grossesse : 11 à 23mg/jour). Une carence pourrait créer une fausse couche spontanée, un accouchement prématuré, une malformation du tube neural, un retard de croissance ou retard psychomoteur du bébé, un allongement du temps de travail… : fruits de mer et crustacés bien frais et bien cuits au moins 1 fois/semaine, céréales complètes sans gluten, légumineuses, germe de blé, oléagineux.
  • Magnésium (400mg/jour au troisième trimestre). Une carence favoriserait des contractions prématurées pouvant provoquer une fausse couche, anxiété, nervosité, troubles du sommeil, troubles digestifs, crampes musculaires, palpitations, acouphènes, etc. Pour le bébé une carence créerait syndrome de détresse respiratoire, dysplasie broncho-pulmonaire et troubles rétiniens, spasmophile, crises de tétanie, perte de la coordination, faiblesse musculaire, tremblements, diarrhées, insomnies et plus grave une mort subite du nourrisson… : légumes verts, oléagineux, céréales complètes, légumineuses, sardines, fruits de mer, fruits secs.
  • Iode (La femme enceinte a besoin de 150/200 µg /jour). Une carence en iode peut favoriser un retard de croissance, un trouble de la thermogénèse : poissons 3 à 4 fois par semaine, crustacés et mollusques bien frais et bien cuits au moins 1 fois par semaine. Vous pouvez également vous supplémenter en plasma de Quinton isotonique.
  • Vitamines E (15mg/jour) et C (la vit E a toujours besoin de la vitamine C sinon elle devient délétère. Ces deux vitamines se régénèrent). La vitamine E est une vitamine antioxydante très importante pour le développement cérébral : oléagineux, avocat, huiles végétales biologiques de première pression à froid (germe de blé, carthame, olive, colza).
  • Le bêta-carotène ou vitamine A (750 µg /jour) est également un antioxydant limitant l’action des radicaux libres. Elle aiderait à prévenir l’anémie chez la femme enceinte, et contribue à la santé de la peau, le maintien du système immunitaire, la croissance et la vision nocturne : patate douce (avec la pelure) cuite au four, jus de carotte, carotte, épinards, asperge, chou, courges d’hiver, bok choy, mangue, cantaloups, pêches, abricots, melon d’eau.
  • La vitamine B9 ou folates (400 µg/j) : légumes verts, légumineuses, germe de blé, œufs, banane, kiwi, melon, pomme, orange, fruits rouges. Elle participe entre autres à la production du matériel génétique (ADN notamment), à la division cellulaire, la formation des globules rouges, le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire.
  • Le calcium (1100mg/jour) qui représente 90% du squelette (le fœtus n’en manquera pas, mais la future maman risque de se déminéraliser) : algues, sardines, sésame, oléagineux, crevettes, persil frais, cresson, pissenlit, légumineuses, choux, brocolis, fenouil…
  • Les protéines (environ 15g/jour, ou 0,8g/kg de poids) : une carence augmente les risques de retard de développement cérébral du fœtus, et les risques futurs de névrose et dépression : protéines animales (œufs biologiques, viandes blanches, poissons blancs et gras, fruits de mer…), et protéines végétales (légumineuses, oléagineux et graines oléagineuses, céréales complètes…).
  • Les acides gras polyinsaturés Omégas 3, 6 sont essentiels car l’organisme ne peut pas les produire. Ils sont importants pour la maturation de la fonction visuelle, du système nerveux. Une carence créerait un déficit d’apprentissage et de mémoire, un mauvais fonctionnement des membranes, de l’anxiété : algues, poissons gras, graines de chia, graines de lin moulues, mâche, choux, huiles de germe de blé, colza, chanvre, noix, cameline, périlla, oléagineux et graines oléagineuses. Attention à contrario aux acides gras saturés (charcuterie, viande rouge, plats industriels, produits laitiers animaux, graisses animales, plats en sauce…), qui augmentent les risques de prise de poids, retards de croissance, et thrombose pour le fœtus devenu adulte.

Les petits maux de la grossesse

Déminéralisation, nausées, maux de dos, crampes, problèmes circulatoires… Comment remédier de façon naturelle à ces petits désagréments ?

Pour assurer son développement, le fœtus prend tout ce dont il a besoin, particulièrement durant le dernier trimestre de grossesse où il utilise les réserves de la mère. C’est pourquoi les futures mamans sont souvent carencées et déminéralisées. Vous pouvez donc consommer régulièrement du pollen frais, des graines germées, du plasma de Quinton, de la spiruline, de la tisane de prêle et d’ortie, afin de vous reminéraliser. Les crampes sont souvent dûes à la déminéralisation, tout comme les problèmes dentaires, les pertes de cheveux, la peau sèche…

Contre les nausées, du jus de citron biologique dans de l’eau tiède contribuera à la régénération hépatique. Le gingembre en infusion, l’eau florale de mélisse, ou encore la banane, pourront également vous aider.

Vous avez les jambes lourdes ? Aspergez-les d’eau froide régulièrement, marchez, nagez, surélevez-les, massez-les. Les tisanes de vigne rouge, marron d’inde, hamamélis, contribueront aussi à les alléger.

Si vous souffrez de problèmes digestifs, fractionnez vos repas (au lieu de 3 faites-en 4 ou 5), afin d’ingérer des plus petites quantités et alléger le système digestif. Veillez également à boire suffisamment d’eau, à avoir une activité physique douce quotidienne, et à consommer des fibres (légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses) tous les jours pour éviter la constipation.

Soulagez vos maux de dos par des étirements quotidiens, une respiration ample et profonde engageant le diaphragme, et des mouvements doux avec un swiss ball. Pensez pourquoi pas au yoga et au massage prénatal en complément.

Enfin, pour éviter les vergetures, nourrissez votre peau quotidiennement dès le début de la grossesse, avec du beurre de karité, de l’huile de rose musquée, ou encore de l’huile d’amande douce. Et limitez l’exposition au soleil afin d’éviter le masque de grossesse.

A propos de l’auteur

Stéphanie Grosieux est thérapeute holistique. Elle utilise plusieurs techniques et approches pour accompagner ses consultants et répondre de façon holistique et personnalisée : naturopathie, sophrologie, massages, hatha yoga. Elle souhaite agir avant tout de façon préventive, c’est pour cette raison qu’elle s’est intéressée à l’accompagnement de la grossesse et de la périnatalité.

Autres articles

  • Vivre sereinement la grossesse

Vivre sereinement la grossesse

Ça y est vous êtes enceinte, félicitations ! Vous souhaitez maintenant mettre tout en œuvre pour vivre de façon agréable et sereine ce beau moment, et contribuer à la santé de votre futur bébé. Suivez [...]