Femme avec diffuseurs d'huiles et arômes naturels

ATTENTION !

Les huiles essentielles sont extrêmement puissantes et actives (elles pénètrent rapidement dans la circulation sanguine après application). leur utilisation n’est pas anodine et nécessite la plus grande prudence. Aussi, les personnes allergiques, épileptiques, cardiaques, asthmatiques, les personnes âgées, femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les enfants, devraient prendre conseil auprès d’un aromathérapeute ou d’un médecin/pharmacien avant de les utiliser. de plus, les conseils qui suivent ne se substituent en aucun cas à votre traitement médical et/ou à un avis pharmaceutique ou médical.

L’aromathérapie se retrouve dans toutes les grandes traditions depuis des millénaires (+ de 5000 ans avant J-C). Son efficacité n’est plus à prouver. Au 16ème siècle, le « vinaigre des 4 voleurs » (à base d’huiles essentielles de cannelle de Ceylan, lavande aspic, menthe poivrée et girofle) a permis de mettre fin à la peste. Les huiles essentielles peuvent agir sur le plan physique, psycho-émotionnel et énergétique. Nous allons nous concentrer aujourd’hui sur leur action sur le corps, et donc en particulier sur le système immunitaire.

Mode d’administration

Selon la cible organique ou physiologique, la tolérance (de la peau, des muqueuses, etc…), l’âge, la morphologie (poids, taille), la sensibilité du terrain et l’effet recherché, elles peuvent être administrées dans une certaine quantité et à une certaine fréquence, par voie :

  • Cutanée (à privilégier) : massages, onctions, frictions, bain. Diluez l’huile essentielle dans une huile végétale neutre (noyau d’abricot, amande douce, sésame, jojoba, etc…), ou bien dans du beurre de karité, ou encore dans du dispersant prévu à cet effet pour le bain (ou dans votre gel lavant). Pour une application cutanée, faire un test sur le poignet ou le pli du coude avec une petite goutte d’huile essentielle afin d’écarter tout risque d’allergie cutanée.
  • Aérienne (pour certaines huiles essentielles) : diffuseur d’arômes, fumigation (dans un bol d’eau chaude).
  • Voie buccale et orale : toujours sur un substrat (sucre, miel, pain, comprimés neutres, huile végétale).
  • Voie nasale : dans un spray nasal par exemple.

Nous vous conseillons ici, par mesure de sécurité, de privilégier la voie cutanée (ou nasale via un spray nasal) et de vous faire accompagner par un professionnel si vous souhaitez les ingérer. faites-vous également accompagner si vous souhaitez personnaliser au plus juste votre traitement par les huiles essentielles, par une quantité et une fréquence d’administration adéquates.

Notez également que les huiles essentielles sont INSOLUBLES DANS L’EAU. elles sont SOLUBLES DANS L’ALCOOL, LES GRAISSES, LES HUILES VEGETALES. Elles peuvent alors provoquer des brûlures si elles sont, par exemple, utilisées pures dans de l’eau. Mélangez toujours à un substrat comme indiqué plus haut.

Attention à la qualité des huiles essentielles

Ajoutons que la qualité des huiles essentielles est primordiale pour obtenir une action thérapeutique optimale. Lors de vos achats, veillez à ce qu’elles soient naturelles, biologiques, et non de synthèse, non déterpénées (pour une efficacité thérapeutique), et observez leur provenance. De plus, certaines spécifications botaniques (indiquées dans cet article) devraient être inscrites sur le flacon pour vous garantir leur qualité : famille, genre, espèce botanique, partie de la plante utilisée, chemotype. Sans quoi elles pourraient n’avoir de propriété que leur senteur…

Efficacité antibiotique des huiles essentielles

En 1910 et suite à des expériences, Martindale a démontré que l’huile essentielle d’origan était 25 fois plus puissante que le phénol sur le colibacille (bactérie intestinale). Entre 1928 et 1939, Gattefosse a mis en avant le pouvoir bactéricide des huiles essentielles. En 1950, le pouvoir antiseptique de 150 de ces huiles essentielles a été démontré. Dans les années 1970, c’est le pouvoir antibactérien et antifongique de certaines d’entre elles qui a été prouvé. Puis, le Dr Belaiche, en 1977, a mis en évidence leur pouvoir antimicrobien.

Les huiles essentielles sont produites par les plantes comme des moyens de défense vis-à-vis des agressions extérieures (à ce titre, ce sont donc les plantes sauvages qui créent les huiles essentielles les plus performantes). En d’autres termes, elles représentent le système immunitaire de ces végétaux. C’est pourquoi elles sont également très efficaces pour stimuler nos propres défenses immunitaires.

Contrairement aux antibiotiques, le phénomène de résistance bactérienne est pratiquement nul pour les huiles essentielles. De plus, elles immobilisent et tuent la bactérie (tout comme les antibiotiques), mais en plus de ces derniers, elles stimulent le système immunitaire de l’organisme, sans détruire ni déséquilibrer la flore intestinale, mais au contraire en lui permettant d’augmenter ses résistances et de se rééquilibrer. Elles ont un large spectre d’action (elles agissent sur les germes Gram+ et Gram-, et sur les champignons microscopiques). Certaines sont également efficaces sur les virus, ce qui n’est pas le cas des antibiotiques.

Attention à ne pas faire de « symptomatologie » avec les huiles essentielles. Elles permettent de rétablir l’équilibre d’un organisme perturbé, autrement dit, elles agissent sur le terrain. Gardez bien à l’esprit qu’il est plus efficace d’agir de façon préventive sur votre terrain pour l’aider à renforcer ses défenses en rééquilibrant l’ensemble de votre hygiène de vie (ce qui est le but de ce programme) ! Vous pouvez bien évidemment vous servir de l’aromathérapie pour vous soulager, mais ne vous contentez pas de cela…

Utilisation préventive des huiles essentielles

Nous avons vu dans les séances concernant la santé intestinale et les autres organes d’élimination (ou émonctoires) l’importance de ceux-ci dans le maintien d’un système immunitaire performant. Si ces organes sont surchargés en toxines, en baisse de vitalité, l’organisme est alors plus sensible aux infections. Les huiles essentielles peuvent alors être utilisées afin d’aider à la régénération de ces organes et prévenir les infections de ceux-ci (si toutefois l’hygiène de vie n’était pas optimale et que les organes d’élimination étaient en baisse de performance).

En voici trois, agissant aussi bien sur les intestins, les poumons et les reins :

  • ORIGAN : Thymus Capitalus ou Marjolaine Sauvage, labiées, sommités fleuries, origine Grèce et Espagne. CT phénols (dont carvacrol et thymol).
  • THYM : Thymus Vulgaris thymoliferum ou Thym Vulgaire, labiées, sommités fleuries, origine sud de la France. CT thujanol. (Nous l’avons vue sous forme de tisane, elle est également très efficace sous forme d’huile essentielle)
  • SARRIETTE : Satureia Montana Carvacrolifera ou Poivre d’Ane, labiées, sommités fleuries, origine sud de la France. CT phénols (dont 30% min de carvacrol), terpènes (dont 30% min de thymol), alcools (terpinéol, linalol, bornéol).

Seules ou en synergie, diluée(s) dans une huile végétale (20% d’huile essentielle max, ou environ 1 goutte d’huile essentielle pour 5 gouttes d’huile végétale), 3 fois par jour, en massage sur l’organe concerné, pendant 3 semaines.

Vous pouvez également utiliser en prévention afin de stimuler le système immunitaire :

  • RAVINTSARA : Cinnamomum Camphora Cineoliferum, Lauracées, feuilles, jeunes rameaux feuillus, origine Madagascar.

En effet, cette huile essentielle est très efficace pour ses propriétés immunostimulantes.

En application (dilution à 20%) sur le plexus solaire, la poitrine, et en friction sur la colonne vertébrale et la voûte plantaire, 1 fois/jour, pendant 3 semaines.

Et lorsque l’infection est là …

Les 4 huiles essentielles, ORIGAN, THYM, SARRIETTE et RAVINTSARA, pourront être utilisées afin de combattre les agents infectieux et renforcer l’organisme, que l’infection soit localisée au niveau respiratoire, digestif, ou rénal/vésical.

En effet, elles sont toutes des anti-infectieuses majeures et sont virucides, bactéricides. Origan, Thym et Sarriette sont également fongicides et parasiticides. Ravintsara, quant à elle, est expectorante et énergisante.

Appliquez-les de la même façon qu’indiquée ci-dessus sur les organes concernés, 3 fois/jour, pendant la durée de l’infection.

D’autres huiles essentielles pourront vous venir en aide afin de soulager les symptômes de l’infection :

  • ARBRE À THÉ ou TEA TREE : Melaleuca alternifolia, Myrtacées, feuilles et tiges, origine Australie, Tasmanie, Afrique du Sud, Inde, Malaisie. Elle est antibactérienne, antifongique, antivirale, anti-inflammatoire, mais également fortifiante et immunostimulante.
  • EUCALYPTUS GLOBULEUX : Eucalyptus globulus, Myrtacées, feuilles, origine Australie. Cette huile essentielle est expectorante, mucolytique, anti-catarrhale, anti-infectieuse, anti-inflammatoire, antifongique et antiseptique aérienne.
  • NIAOULI (ou Goménol, Niaouli à Cinéole, Arbre à peau, Mélaleuque à feuilles) : Melaleuca quinquenervia viridiflora, Myrtacées, feuilles, origine Madagascar, Australie, Nouvelle-Calédonie. C’est une antivirale très puissante, très efficace également en tant qu’expectorant et anti-catarrhale, antifongique. Elle est aussi antibactérienne sur certaines bactéries.

Propositions d’utilisations :

  • Pour une bronchite ou une rhino-pharyngite : friction du dos et de la poitrine avec un mélange de Ravintsara et Eucalyptus Globulus (en dilution) (Éditions MDB).
  • Pour un début de grippe : friction des avant-bras, de la poitrine et de la nuque avec un mélange de Niaouli et de Ravintsara (en dilution) (Éditions MDB).
  • Pour un mal de gorge : 1 goutte de tea tree dans 1 cuillère à soupe de miel bio, 2 à 3 fois/jour maximum.
  • Pour le nez bouché et le mal de gorge : le laboratoire Léro vous propose Eucalyptol, des capsules à base d’huiles essentielles d’Eucalyptus Globuleux, Myrte Verte (calmante et expectorante) et Lavande officinale (antiseptique). 3 capsules/jour matin, midi et soir.

N’oubliez pas, il est préférable de prévenir que de guérir ! Pensez donc aux huiles essentielles en prévention avant même d’être malade. Vous pouvez les utiliser afin de renforcer vos organes d’élimination (jouant un rôle important dans votre force vitale) ou tout simplement pour renforcer votre système immunitaire. Et bien entendu, elles sont également d’une grande utilité pour vous soulager lorsque vous êtes malade !

nos conseils santé

Pour vous sentir mieux dans votre corps, votre tête et votre vie.

AdobeStock_624533194

Les do & don't pour soigner un rhume efficacement

Humidification de la pièce, hydratation, repos… Pour combattre le rhume naturellement et soutenir votre...
lire la suite
Plan rapproché sur verre de tisane avec des plantes et citron - phytothérapie

La phytothérapie

La phytothérapie désigne l’utilisation des plantes, plus précisément leurs principes actifs, à des fins...
lire la suite
Echinacée
AdobeStock_410606196

Solutions naturelles pour le rhume ou le nez bouché

Vous souffrez actuellement d’un rhume, ou d’une rhinite allergique, provoquant cette désagréable sensation...
lire la suite