Le stress, ce mal parfois nécessaire et tout à fait bénéfique, peut aussi à l’inverse devenir néfaste pour le corps, le cœur et l’esprit. Heureusement, des solutions naturelles existent ! Quelles sont-elles ?

LE STRESS, CE MAL BIEN TROP FREQUENT…

Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés au stress. Gorge serrée, bouche sèche, estomac noué, intestins ballonnés, rythme cardiaque accéléré, respiration saccadée… Nous connaissons tous ces manifestations physiologiques inconfortables, mais de façon plus ou moins fréquente selon les individus.

Les occasions d’être stressé ne manquent pas dans nos sociétés occidentales modernes : pression constante de résultats, course après la montre que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle, accumulation de tâches et activités diverses et variées, surconnexion (et surconsommation), pollutions sensorielles et électromagnétiques, confrontation quotidienne à des informations anxiogènes dans les médias, etc…

Chaque organisme est exposé au « stress » au quotidien, à chaque instant. Mais de quel stress parle-t-on ici ?

LA RÉPONSE AU STRESS, AVANT TOUT UNE RECHERCHE ÉQUILIBRE ET DE SANTE DE L’ORGANISME

Le stress et ses manifestations physiologiques citées précédemment apparaissent dès lors que l’équilibre interne de notre organisme, aussi appelé homéostasie, est perturbé par différentes « agressions » pouvant être d’origines diverses : changement de température, alimentation inadaptée, rythme trop soutenu, choc émotionnel, blessure physique, consommation de toxiques (alcool, tabac, drogues, etc…), ou bien encore consommation d’excitants (café, thé, cacao). Notre corps cherche alors à retrouver son homéostasie grâce à ces différents mécanismes d’adaptation par une réaction en chaîne, notamment par la production d’hormones du stress (cortisol), menant à une mobilisation des ressources internes et permettant une surproduction d’énergie pour faire face au stress (afin de fuir ou attaquer).

Or, si les manifestations physiologiques ou réponses au stress apparaissent en réaction à des agressions externes provenant de notre environnement, elles peuvent également apparaître par des « agressions intérieures », à savoir nos pensées négatives et répétitives… Oui, nos propres pensées peuvent créer un stress interne provoquant ces réactions physiologiques, telles qu’une accélération du rythme cardiaque, transpiration excessive, digestion et transit perturbés, contractions musculaires, hypoglycémie, augmentation de la fréquence des mictions, etc…

LE STRESS CHRONIQUE

Le stress est donc l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des perturbations, contraintes ou pressions provenant de son environnement, permettant un retour à l’équilibre interne, et par conséquent au maintien de la santé. En revanche, cela devient problématique lorsque ces différents stress sont répétés de façon intensive et régulière.

Les conséquences sont alors néfastes, à l’inverse du but recherché initialement : moindre résistance aux infections car diminution de la production d’anticorps, fatigue organique (foie, pancréas, reins, cœur, poumons, intestins, estomac, glandes hormonales, etc…) car sur-stimulation de ces organes menant à terme à divers troubles et pathologies, tels que troubles cardiaques, diabète, hypertension, gastrite, faiblesse rénal, constipation, troubles de la thyroïde, gynécologiques, fertilité, etc…

De plus, un stress répété et fréquent crée une acidification de l’organisme, amenant alors progressivement une déminéralisation de l’ensemble des tissus (canitie, perte de cheveux, déchaussement dentaire, caries, eczéma, arthrite, calculs rénaux, ostéoporose, etc …).

Evidemment, un stress chronique amène également à différents troubles psycho-émotionnels car il crée une fatigue du système nerveux par une dépense d’énergie trop importante : fatigue chronique, troubles du sommeil, diminution de la concentration, troubles de la mémoire, anxiété, angoisse et crises de panique, déprime, burnout, dépression.

Chaque individu a une capacité innée (génétique) et acquise (au cours de sa vie) plus ou moins efficace pour gérer ce stress, notamment liée à sa perception des différentes contraintes qu’il rencontre et ressent, mais aussi à son hygiène de vie. Comment optimiser cette adaptation ?

LERO DNV STRESS SOMMEIL, LA SOLUTION POUR RETROUVER L’ÉQUILIBRE

Le laboratoire Léro a mis au point Léro DNV, un complément alimentaire contribuant au fonctionnement normal du système nerveux pour retrouver sérénité, calme, sommeil de qualité, tout en contribuant à la protection des cellules contre les méfaits du stress oxydatif. Il contient :

  • du magnésium qui contribue à un bon fonctionnement du système nerveux,
  • de la vitamine B6 qui participe à des fonctions psychologiques normales,
  • du zinc qui contribue à une fonction cognitive normale,
  • de la mélatonine qui aide à réduire la durée d’endormissement,
  • de la mélisse qui permet d’être plus relaxé et de retrouver un sommeil de qualité,
  • de la vitamine E et du sélénium qui aident à protéger l’ADN des protéines et des lipides contre le stress oxydatif,
  • des oméga-3, EPA et DHA, qui sont des constituants importants des cellules des neurones. La forte concentration apportée par l’huile de poissons sauvages de Léro DNV participe à la couverture de vos besoins nutritionnels quotidiens.

Bien sûr, un rééquilibrage de l’hygiène de vie en parallèle est nécessaire afin d’optimiser la résistance de l’organisme face au stress.

QUELLES REGLES D’HYGIENE DE VIE METTRE EN PLACE AFIN DE GERER LE STRESS NATURELLEMENT ?

Les règles d’hygiène de vie proposées ci-dessous permettent de potentialiser les ressources internes de l’organisme afin de l’aider à faire face et à s’adapter au stress.

Permettre à l’organisme de se régénérer

Bien évidemment, non seulement pour permettre à l’organisme et à l’esprit de récupérer suite à un stress (et ils sont finalement nombreux durant la journée), mais aussi pour qu’il puisse augmenter son énergie, sa force vitale et par conséquent sa résistance au stress, il est primordial d’avoir un sommeil de qualité !

Le nombre d’heures nécessaire à la récupération est variable selon les individus, mais la moyenne est d’environ 8h. Elle peut toutefois varier entre 5 et 12h, selon l’âge, le sexe, l’activité professionnelle, le moment de l’année, etc…

Si votre sommeil durant la nuit ne vous permet pas de récupérer suffisamment, accordez-vous des micro-siestes d’environ 7 minutes durant la journée. Cela permettra à votre système nerveux végétatif de passer de l’orthosympathique au parasympathique, c’est-à-dire du mode actif au mode « régénération ».

Dans le même but, la méditation, la sophrologie, la relaxation, un bain ou une douche chaude, ou encore un massage, amèneront rapidement votre organisme dans cet état d’équilibre et de récupération.

Les nutriments du système nerveux

Votre organisme a besoin de l’ensemble des micro et macronutriments pour maintenir un état de santé optimal. Toutefois, le système nerveux a besoin de certains en particulier (privilégiez toujours une alimentation biologique, de saison, locale, variée, en alternant cru et cuit, et la cuisson vapeur à moins de 100°c pour préserver les nutriments) :

  • Vitamines B: céréales complètes, légumes verts, fruits, viandes, œufs, fromages, poissons, fruits de mer, abats, levure de bière, soja, légumineuses…
  • Vitamine D3: huile de foie de morue, poissons gras, œufs, viande, beurre (surtout d’été), abats, spiruline. L’exposition au soleil est importante également.
  • Vitamine C: essentiellement les fruits et légumes, surtout baies, goyave, poivron rouge et vert, papaye, kiwi, orange, citron, mangue, brocoli, choux de Bruxelles, ananas…
  • Vitamine E: huile de germe de blé, d’avocat, de tournesol, de noisette, de colza, graines de tournesol, huile de foie de morue, amandes, noisettes, noix du Brésil, sardines…
  • Magnésium: céréales complètes, légumineuses, oléagineux, chou, oignon, cacao, algues, germe de blé, luzerne, prêle, épinards, escargots, bananes, blettes, sardines, moules…
  • Calcium: fromages, thym, cannelle, cumin, persil, sardines, figue sèche, tofu, amandes, épinards, haricots blancs et noirs…
  • Sélénium: noix du Brésil, huîtres, abats de dinde et poulet, hareng, sardines, noix, palourdes, shiitakés, crevettes…
  • Zinc : germe de blé, huîtres, shiitakés, graines de courge, crabe, langouste, jaune d’œuf, volaille, céréales complètes, algues, légumineuses, cacao…
  • Acides gras essentiels omégas 3: avant tout foie de morue, poissons blancs et gras (surtout gras), fruits de mer, puis les précurseurs d’omégas 3, huiles de colza, lin, noix, cameline, soja, et germe de blé, oléagineux et graines oléagineuses, graines de lin.
  • Glucides à index glycémiques bas ou moyens : céréales complètes, légumineuses, fruits, légumes, fruits secs.

N’oubliez pas également de boire suffisamment d’eau, une déshydratation étant un « stress » pour l’organisme.

De plus, limitez votre consommation d’excitants et toxiques (café, thé, cacao, tabac, drogues, psychotropes, …) qui déséquilibrent le système nerveux végétatif en sur-stimulant l’orthosympathique. Les glucides à index glycémiques élevés, ou sucres rapides, ont la même action sur l’organisme (sucre raffiné, pâtisseries industrielles, céréales raffinées, plats préparés industriels, confiseries).

Développer les capacités d’adaptation et ressources du mental

Nous vivons dans une société sur-connectée, et sommes bombardés d’images et informations très anxiogènes. Il est donc important de se déconnecter régulièrement des réseaux sociaux, de nos téléphones portables et des médias en général, afin de se recentrer et supprimer, au moins pendant quelques instants, les sources de pollutions émotionnelles.

Il est tout aussi primordial de ralentir notre rythme de vie, de s’accorder de vrais temps de pause, afin de permettre au système nerveux de retrouver son équilibre. Vivez davantage le moment présent, développez la pleine conscience, profitez de l’énergie apaisante et revivifiante de la nature. Reconnectez-vous également pour cela avec votre corps, vos sensations, vos sens. Votre corps vous permet de vous ancrer davantage dans le présent et donc d’apaiser votre esprit, mais également d’évacuer les tensions et donc d’équilibrer les systèmes ortho et parasympathiques. Une activité physique régulière est toute indiquée dans ce but. Vous pouvez aussi utiliser votre corps pour vous recentrer dans le moment présent et apaiser votre système via votre respiration, et en particulier par l’allongement du temps d’expiration (par exemple, doublez le temps d’expiration par rapport au temps d’inspiration). Cela agit directement sur le système parasympathique.

Un autre moyen d’évacuer les tensions psychiques, émotionnelles mais aussi physiques, est d’avoir recours à une expression artistique, que ce soit l’écriture, la peinture, le dessin, la danse, la musique, le chant, etc…

Phytothérapie

Certaines plantes adaptogènes permettent à l’organisme, comme leur nom l’indique, de s’adapter au stress, c’est-à-dire de mieux le gérer : romarin, panax ginseng, éleuthérocoque, ashwaghanda, basilic sacré, curcuma.

D’autres encore seront relaxantes : lavande, mélisse, camomille, verveine, passiflore, aubépine.

A prendre sous forme de tisanes, ou en complémentation.

Pour combattre le stress naturellement, il est donc important de permettre à votre organisme de se régénérer grâce à un bon sommeil. Votre système nerveux bénéficiera de certains nutriments pour son bon fonctionnement. Il pourra aussi être utile de développer les capacités d’adaptation de votre mental. Certaines plantes pourront enfin vous aider en complément.
Léro DNV stress et sommeil, en plus de ces règles d’hygiène de vie, vous apportera les nutriments pour un fonctionnement normal et optimal de votre système nerveux.

A propos de l’auteur

Stéphanie Grosieux est thérapeute holistique. Elle utilise plusieurs techniques et approches pour accompagner ses consultants et répondre de façon holistique et personnalisée : naturopathie, sophrologie, massages, hatha yoga. Elle souhaite agir avant tout de façon préventive, c’est pour cette raison qu’elle s’est intéressée à l’accompagnement de la grossesse et de la périnatalité.

Autres articles