Les autres organes d’élimination

Femme souriante sur la plage au bord de l'eau prenant le temps d'admirer le paysage et de profiter du cadre

Vous avez compris que la force vitale, aussi appelée vitalité, représente en d’autres termes les capacités d’auto-guérison de votre organisme. Autrement dit, vos défenses immunitaires. Cette force vitale est donc la base d’une bonne santé. Celle-ci peut être défaillante en cas de carence en nutriments (première et deuxième séances), mais également en cas de surcharges de l’organisme en toxines. Certains organes, que nous nommons émonctoires en naturopathie, sont chargés, entre autres fonctions vitales, d’éliminer ces déchets organiques.

La toxémie

Ces déchets peuvent être tout simplement issus du fonctionnement normal de l’organisme, les toxines issues de la digestion et les déchets cellulaires. Tout comme nous, nos cellules ont un métabolisme et éliminent leurs déchets par leur fonctionnement métabolique. C’est donc une source toxémique endogène (qui provient de l’intérieur). Lorsque tout va bien, notre organisme parvient à éliminer parfaitement ces toxines.

Mais ils peuvent également provenir de l’extérieur, par une alimentation inadaptée, la pollution, des produits chimiques, les médicaments, etc… C’est ici une source toxémique exogène (qui provient de l’extérieur).

Une surcharge en toxines peut alors progressivement surcharger l’organisme et l’ensemble des organes d’élimination qui vont progressivement devenir de moins en moins performants, et donc éliminer de moins en moins bien… Lorsque la toxémie augmente, le corps cherche une autre « porte de sortie », conséquence de différents troubles (par exemple : eczéma, rhinite, etc…).

Notons que les émonctoires peuvent aussi être de moins en moins efficients par des déséquilibres psycho-émotionnels (le rôle de l’émotionnel sera abordé dans la dernière partie de ce programme) et vont alors également s’engorger progressivement par une baisse de performance.

Ainsi, lorsqu’il y a une augmentation de la toxémie, il y a également une diminution du potentiel vital, c’est-à-dire des forces d’auto-guérison.

Plusieurs étapes

Il y a bien entendu plusieurs phases avant que l’organisme ne soit surchargé et que les troubles et maladies n’apparaissent.

  • Lorsque l’hygiène de vie est excellente ou que la force vitale est très bonne (surtout chez les jeunes), c’est la phase latente, il n’y a pas de manifestation symptomatique particulière.
  • Lorsque la force vitale est très bonne, et que la toxémie commence à être importante, c’est une phase aigüe d’alerte. L’organisme va chercher à faire sortir ces toxines, souvent par l’apparition d’une première maladie réactionnelle et salutaire. C’est une sorte de nettoyage de l’organisme, une crise curative.
  • Si jamais la force vitale est trop faible, il y aura alors l’apparition de troubles : d’abord biologiques, ensuite fonctionnels, puis lésionnels et enfin irréversibles (pathologies chroniques). C’est la phase chronique. Elle s’installe insidieusement dans le temps et laisse le ou les organes affaiblis.

Vous comprenez donc ici l’importance d’une hygiène de vie optimale et d’une bonne force vitale.

Deux types de toxines

Il existe deux natures de toxines en naturopathie :

  • Les colles ou substances mucosiques : issues principalement d’un mauvais métabolisme/excès de sucres (bonbons, pâtisseries, miel, sirop, alcools, …), farineux/féculents (pâtes, pain, riz, pommes de terre, patates douces, …) et des lipides (huiles, graisses, beurre), résidus de cellules mortes. Causées également par une mauvaise flore intestinale et une faiblesse du foie. Ces toxines sont filtrées en premier lieu par le foie et la vésicule biliaire, les intestins, et circulent surtout dans la lymphe. Si ces derniers sont surchargés ou en « baisse de performance », d’autres émonctoires prennent alors le relais : peau (avec les glandes sébacées), utérus, poumons.

Ces toxines, lorsqu’elles s’accumulent exagérément dans l’organisme, causent en général des maladies non douloureuses, mais qui « coulent ». C’est-à-dire avec des glaires, du mucus, du cholestérol, etc… Telles que sinusites, acné, eczéma coulant, asthme, rhume, bronchite, etc…

Si vous vous reconnaissez dans ces troubles :

✓ Rééquilibrez votre alimentation en diminuant les aliments à risque (ou en en supprimant certains).

✓ Veillez à votre santé intestinale (séance précédente).

✓ Stimulez l’élimination par les intestins, foie et vésicule biliaire. Drainez la lymphe, ou par la peau via les glandes sébacées et les poumons (paragraphe suivant) : si vous souffrez de troubles hépatiques/que votre foie est surchargé de toxines et donc affaibli, il peut être préférable de dériver l’élimination en drainant par les intestins, ou la peau (glandes sébacées)/les poumons, et vice versa. Afin de ne pas affaiblir davantage l’organe par un afflux important de toxines.

  • Les cristaux : issus d’un excès de protéines (animales et végétales : viandes, poissons, œufs, abats, produits laitiers, légumineuses, céréales, soja), d’un excès d’aliments acides (café, thé, chocolat, …) ou de sucres raffinés, et des acides organiques (produits également naturellement par le corps, par exemple par le stress) mal oxydés pour être transformés en sels. Par exemple :
    • Acide pyruvique, déchet de la cellule nerveuse, et dû à une mauvaise dégradation des sucres raffinés.
    • Acide urique, déchet du métabolisme des protéines, mais aussi thé, café, cacao, levure de bière.
    • Acide oxalique, provenant de l’activité bactérienne dans le côlon s’exerçant sur des aliments mal digérés (importance de la santé intestinale).

Les cristaux sont principalement éliminés par les reins via l’urine, et la peau via la transpiration par les glandes sudoripares. Si ces derniers sont surchargés ou déficients, les intestins prennent alors le relais.

Ces toxines, lorsqu’elles s’accumulent exagérément dans l’organisme, causent en général des maladies « douloureuses », telles que sciatique, calculs, eczéma sec, rhumatismes aigus et chroniques, prurits, angine, cystite, …

Si vous vous reconnaissez dans ces troubles :

✓ Diminuez ou supprimez les aliments à risque.

✓ Buvez suffisamment d’eau (1,5L), idéalement de source (résidus à sec ≤200mg/L) pour éliminer par les reins.

✓ Veillez encore plus à votre équilibre psycho-émotionnel (dans une prochaine séance).

✓ Et stimulez l’élimination par les reins et la peau, ou les intestins (paragraphe suivant) : si vous souffrez de troubles rénaux/que vos reins sont surchargés de toxines et donc affaiblis, il peut être préférable de drainer par la peau (glandes sudoripares), ou les intestins, et vice versa. Afin de ne pas affaiblir davantage l’organe par un afflux important de toxines.

Le drainage des différents émonctoires

Si vous pensez avoir une baisse de vitalité causée par une toxémie importante, que vous souffrez de troubles ou de pathologies, un praticien pourra vous accompagner et vous guider de façon individuelle et personnalisée en fonction de vos problématiques et de votre force vitale, afin de drainer (éliminer) ces surcharges. Voici toutefois quelques indications qui pourront vous aiguiller. Prenez conseil auprès d’un spécialiste concernant l’utilisation des plantes, leurs posologies, leurs formes d’administration, et leurs éventuelles contre-indications.

Un drainage doux, sur un maximum de 3 semaines, au printemps et à l’automne, est recommandé pour drainer les déchets.

Ces conseils ne vous dispensent pas d’un avis médical et ne substituent en aucun cas à votre traitement médical.

(L’eau n’est pas indiquée pour chaque émonctoire mais est bien évidemment vitale et indispensable pour l’ensemble de l’organisme et l’élimination des toxines.)

Peau

Un drainage peut être utile si vous souffrez de : boutons, transpiration excessive, eczéma, psoriasis, peau grasse, …

Pour éliminer par les glandes sudoripares : exercices physiques, sauna, bains chauds, massages.

Pour éliminer par les glandes sébacées : hammam, exercices physiques, massages.

Plante dépurative (purifie l’ensemble de l’organisme en favorisant l’élimination des toxines), drainante, sudorifique (active la transpiration): bardane.

De plus, privilégiez des produits cosmétiques naturels et biologiques, afin d’éviter les produits de synthèse chimique, les additifs, colorants, perturbateurs endocriniens, etc… Ces derniers pénètrent en effet dans l’organisme et le surchargent.

Foie/ Vésicule biliaire

Un drainage peut être utile si vous souffrez de : nausées, insuffisance hépatique, troubles et lourdeurs de l’appareil digestif, maux de tête, vertiges, urticaire, mauvaise haleine, difficultés à digérer les aliments gras, alternance de constipation et diarrhée, …

Exercices physiques, appliquer une bouillotte chaude sur le foie 20 minutes minimum par jour (sauf contre-indication : hépatomégalie en particulier), massages.

Plantes hépatiques au goût amer : radis noir, artichaut, romarin, pissenlit.

Plantes hépato protectrices (qui régénèrent la cellule hépatique et stimulent l’évacuation de la bile vers les intestins) : desmodium, chardon marie.

De plus, limitez/supprimez les acides gras saturés/trans : viande rouge, charcuteries, graisses animales, produits laitiers, produits industriels, plats en sauce, produits frits/panés, viennoiseries, etc…

Intestins

Un drainage peut être utile si vous souffrez de : ralentissements digestifs, fermentations, gaz, etc…

Massages, exercices physiques. Une hydrothérapie du côlon, des lavements, ainsi que des monodiètes ou des jeûnes peuvent parfois être pratiqués (prenez conseil auprès d’un professionnel de santé).

Plantes laxatives : aloe vera, bourdaine, mauve, séné, psyllium.

De plus, veillez aux associations alimentaires : ne mangez pas au cours d’un même repas protéines (végétales et animales) et féculents, deux protéines ou deux féculents, et mangez les fruits en dehors ou 30 minutes avant les repas.

Reins

Une urine « normale », qui élimine correctement les toxines, est jaune clair/jaune paille. Sauf la première urine du matin qui doit être plus foncée et parfois odorante car les reins ont filtré les déchets durant la nuit.

Exercices physiques, massages, boire suffisamment d’eau (1,5L).

Prendre des plantes diurétiques : reine des prés, orthosiphon, saule blanc, bouleau, prêle, cassis, frêne, queues de cerise, pissenlit.

De plus, privilégiez une eau de source avec une quantité de résidu à sec ≤200mg/L.

Poumons

Utile pour les personnes sensibles aux poussières, pollens, microparticules irritantes ; celles ayant une fragilité pulmonaire installée ; celles qui vivent dans un milieu ambiant malsain (fumées de cigarettes et fumeurs) ; celles en période de convalescence.

Exercices de respiration (voir la prochaine séance sur l’oxygénation), exercices physiques, douches écossaises (chaud/froid).

Plantes expectorantes, mucolytiques (qui fluidifient les mucosités bronchiques): eucalyptus, guimauve, thym, bouillon blanc, radis noir.

Lymphe

Les déchets sont évacués selon leur grosseur via la circulation sanguine puis les émonctoires, ou s’ils dépassent une certaine taille (médicaments, pesticides, produits de synthèse chimique, etc…) restent dans la lymphe (liquide dans lequel baignent nos cellules, et transportant les éléments nutritionnels de notre alimentation, mais également les déchets). Ce liquide, tout comme notre sang, est garant de notre santé car il nourrit nos cellules en nutriments et oxygène, et par conséquent nos tissus, organes, et donc l’intégralité de notre corps.

Mais en plus, lorsque les déchets ne sont plus évacués correctement par les émonctoires, la lymphe finit par s’engorger.

Ainsi, si vous souffrez d’œdèmes, de lymphangites, sensation de jambes lourdes/gonflées, cela peut signifier que votre lymphe est surchargée de toxines. Il peut alors être utile de prendre :

Des plantes drainantes (qui vont activer la circulation sanguine et lymphatique) : cyprès, hamamélis, vigne rouge, marron d’Inde.

Il est donc important de retenir que votre santé, votre système immunitaire, votre force vitale, dépendent d’une élimination optimale des déchets organiques, qu’ils soient endogènes ou exogènes. Une hygiène vitale équilibrée permet le maintien du bon fonctionnement des cellules, des tissus, donc des organes et du corps.

Au besoin, faites-vous accompagner d’un praticien en santé naturelle, d’un pharmacien, d’un médecin nutritionniste.

nos conseils santé

Pour vous sentir mieux dans votre corps, votre tête et votre vie.

Famille en promenade dans les bois profitant de la nature

L'oxygénation

Il est plutôt rare que notre respiration soit ample et profonde. Elle est pour bon nombre d’entre nous...
lire la suite
AdobeStock_236097689

Les vitamines et le système immunitaire

L’hiver, le froid, le stress et la fatigue peuvent mettre à mal votre système immunitaire. Certains nutriments...
lire la suite
Jeune femme qui savoure un plat sain et équilibré dans la cuisine

Nutriments du système immunitaire

Les vitamines et oligoéléments sont des éléments catalyseurs déclenchant tous les phénomènes nécessaires...
lire la suite
Femme souriante et heureuse les bras ouverts sur une plage au bord de la mer

Equilibre acido-basique

Savez-vous ce que signifie équilibre acido-basique ? Connaissez-vous les différentes sources d’acides,...
lire la suite