Vous voilà nouvelle maman, partageant les joies de la maternité avec votre nouveau-né. Peut-être avez-vous décidé de l’allaiter. Outre les bienfaits nutritionnels apportés par le lait maternel au bébé, connaissez-vous les nombreux effets positifs de l’allaitement sur la mère et son enfant ?

Les bienfaits pour maman

Il est indéniable que l’allaitement contribue à créer un lien fort entre la mère et son bébé, par un contact rapproché et répété, des échanges de regards, mais aussi, de façon physiologique, par la production d’ocytocine, l’hormone de l’attachement. Celle-ci est liée à la capacité d’entretenir des relations interpersonnelles de qualité. Elle permettrait également à la maman d’être plus patiente, relaxée et empathique, ce qui favorise également les relations avec son bébé.
Cette production accrue d’ocytocine permettrait encore une moindre sensibilité au stress, par une diminution de la production de cortisol (hormone du stress), et au contraire une stimulation de la production d’opioïdes naturels provoquant une sensation de bien-être. Tout ceci contribuerait à un meilleur équilibre émotionnel, et une diminution du risque de dépression post-partum.
Outre son rôle dans l’accouchement, la lactation et l’attachement, l’ocytocine provoque des contractions utérines durant l’allaitement, permettant une régénération optimale de l’utérus et un retour plus rapide à sa taille initiale. De plus, cela diminue le risque d’hémorragies post-partum.
Notons également que cette production d’ocytocine à chaque éjection de lait, provoque une poussée d’autres hormones, telles que l’hormone de croissance, la TSH (stimule la thyroïde), la vasopressine et ATCH (remonte la tension artérielle et équilibre les métabolismes cortico-dépendants), ou encore la cholécystocinine (favorise l’équilibre digestif), tout ceci apportant à la mère un équilibre hormonal global.
Les taux d’hormones lactogènes, placentaires et de prolactine favorisent la multiplication cellulaire des seins, mais aussi des organes digestifs (intestins, foie, estomac), améliorant l’absorption de ces organes. Une plus grande quantité de nutriments est alors absorbée et digérée.
L’allaitement provoque une dépense énergétique (entre 200 et 500 kcal/jour), que l’organisme va puiser directement dans les cellules adipeuses, en particulier autour des hanches, des cuisses et des fesses. En plus d’une hygiène alimentaire saine et d’une activité physique douce, cela vous permettra de perdre progressivement les kilos superflus de la grossesse et retrouver votre poids de forme.
Enfin, le fait d’allaiter pourrait diminuer les risques de cancer du sein, et de l’ovaire, ainsi que le diabète de type 2.

Les bienfaits pour bébé

Comme indiqué ci-dessus, l’allaitement permet de créer un lien fort entre la mère et son enfant. Cela contribue au bien-être du bébé tout autant qu’à sa mère, par la production accrue d’hormones du bien-être. Mais le contact tactile aura aussi pour conséquence de sécuriser l’enfant émotionnellement, et de diminuer ainsi son stress. De plus, le toucher étant le premier mode de communication du nouveau-né, ce contact répété optimise la relation et les échanges entre maman et bébé.
Le lait maternel est bien sûr la nourriture la plus adaptée au nourrisson, lui apportant tous les nutriments et la quantité suffisante d’énergie dont son organisme a besoin pour se développer. Il contient de l’eau, tous les acides aminés nécessaires et le taux de protéines adéquat, du lactose et des oligosaccharides, des acides gras longs insaturés, tous les minéraux et oligo-éléments, et la plupart des vitamines aux doses dont l’enfant a besoin. Le lait de la mère s’adapte et évolue en fonction des besoins spécifiques de l’organisme du nourrisson.
Il est également riche en enzymes, permettant au bébé d’assimiler et transformer correctement tous les nutriments.
Le lait maternel contribue à créer et renforcer la flore intestinale de l’enfant, par transmission de bonnes bactéries via le lait, mais aussi via la peau de la mère. Nous savons aujourd’hui qu’une flore intestinale équilibrée est primordiale pour l’immunité, la digestion, la prévention des allergies, et même le bien-être psycho-émotionnel !
De plus, le bébé reçoit une grande quantité d’anticorps (immunoglobuline sécrétoire de type A), à chaque tétée, le préservant encore d’avantage des infections.
Le fait d’allaiter votre enfant peut également prévenir d’éventuelles allergies alimentaires. Le tube digestif, et donc la muqueuse intestinale, n’étant pas encore matures, l’ingestion de grosses protéines (telles que celles du lait de vache ou d’autres mammifères), pourrait traverser et irriter la paroi intestinale, créant alors des allergies ou intolérances. L’allaitement exclusif permet d’éviter cela (à condition que la mère allaitante évite de consommer trop de produits laitiers).
L’allaitement aurait également une action positive sur le développement cognitif. Des études ont révélé que les enfants allaités avaient de meilleurs résultats lors de tests d’intelligence.
Et pour finir de vous convaincre, les bébés allaités sont moins susceptibles de souffrir d’otites et infections respiratoires, présentent moins de risques de développer de l’eczéma, asthme, cancers, diabète infantile et obésité. Ils sont aussi moins sujets au syndrome de mort subite du nourrisson.

A propos de l’auteur

Stéphanie Grosieux est thérapeute holistique. Elle utilise plusieurs techniques et approches pour accompagner ses consultants et répondre de façon holistique et personnalisée : naturopathie, sophrologie, massages, hatha yoga. Elle souhaite agir avant tout de façon préventive, c’est pour cette raison qu’elle s’est intéressée à l’accompagnement de la grossesse et de la périnatalité.

Autres articles

  • Vivre sereinement la grossesse

Vivre sereinement la grossesse

Ça y est vous êtes enceinte, félicitations ! Vous souhaitez maintenant mettre tout en œuvre pour vivre de façon agréable et sereine ce beau moment, et contribuer à la santé de votre futur bébé. Suivez [...]