Se reconnaître de l’intérieur

Quand on attend un enfant, l’entourage peut être source de confusion : on dit à la future maman que « la grossesse lui va bien », que « le ventre pointu c’est un garçon » (ou l’inverse), les femmes lui racontent leur expérience… Mais devant le miroir, la femme enceinte peut être perdue et ne pas se reconnaître avec cette poitrine et ce ventre qui émergent de plus en plus visiblement au fil des semaines. Puis, si la nouvelle maman décide d’allaiter, elle peut aussi réaliser que les histoires d’allaitement ne sont pas toutes idylliques. Si elle devait suivre chaque avis donné, il y aurait de quoi devenir folle ! Alors, il est important de pouvoir se reconnaître « de l’intérieur ».

La face cachée de la grossesse et de l’allaitement

Le début d’une grossesse marque un changement de vie. C’est à la fois merveilleux et effrayant. Merveilleux de porter une nouvelle vie dans son ventre et effrayant de voir tout ce que cela provoque de sensations pas toujours agréables : nausées et fatigue au départ, troubles du transit et/ou du sommeil, jambes lourdes, etc…Certains jours, il est difficile de se réjouir de la venue de cet enfant. Et même si l’on sait que les nausées vont s’arrêter un jour, on peut finir par en douter et désespérer que ce jour arrive !

Après la naissance, lorsqu’on choisit d’allaiter, on doute que le colostrum soit en quantité suffisante. On ne pensait pas que mettre bébé au sein puisse faire mal, on rêve d’une nuit complète, …

Sans compter que vous pouvez éprouver peut-être le sentiment que vous vous trouvez « résumée » à cette grossesse, ou à la présence de ce bébé par votre entourage. Comme si le reste de votre personnalité avait soudainement disparu !

Je ne cherche pas à vous décourager ! Je suis moi-même maman de 4 enfants, et c’est l’aventure la plus extraordinaire de ma vie. Mais extra-ordinaire signifie « qui sort de l’ordinaire », et pas forcément « miraculeusement magique et rigolote ». Cette aventure nous fait explorer des terres inconnues et nous permet de découvrir des trésors de ressources intérieures auxquelles on n’aurait peut-être pas eu accès autrement.

Ce qui ne change pas

Ce bébé qui s’installe et grandit dans votre ventre ne change pas fondamentalement la personne que vous êtes.

C’est pourquoi il est important de conserver vos loisirs (hobby, sport), quitte à les adapter à la grossesse. Ne renoncez pas à votre look, tout en privilégiant des vêtements adaptés à votre nouvelle morphologie.

Et quand vous retrouvez vos ami(e)s, ne parlez pas que grossesse et bébé… De quoi parliez-vous « avant » ?

Ce qui change

Votre corps se modifie et vous avez peut-être des inquiétudes à l’idée de pouvoir (ou pas) retrouver votre silhouette d’avant la grossesse…

Ou vous vivez des yo-yos émotionnels grâce à vos nouvelles amies : les hormones de grossesse…

Comment recontacter cette part de vous qui ne change pas ? Comment se reconnaître et garder sa boussole intérieure, sur le cap « joie » et « bonheur » ?

C’est le propos de la méditation proposée : reconnecter à son corps « de l’intérieur » et apprendre à l’apaiser physiquement et émotionnellement.

Il s’agit d’un exercice qui s’apprivoise facilement, et peut se pratiquer partout. On n’a pas forcément avec soi le remède homéopathique ou l’élixir floral adapté (voir plus bas). Pouvoir déjà remédier à son malaise par soi-même est rassurant.

Pas besoin de tapis, d’encens ou autre accessoire : l’attitude intérieure suffit. Vous pouvez emmener l’audio téléchargeable dans votre smartphone partout avec vous ! Et si vous n’avez pas l’habitude de méditer, abordez l’audio comme une histoire qui vous serait racontée et laissez-vous guider !

Les autres aides

N’hésitez pas à aborder le sujet des troubles qui vous gênent avec votre médecin et/ou votre sage-femme ! Ils sauront vous conseiller.

Voici quelques pistes en autonomie pour vous aider entre 2 consultations.

Les nausées

Le gingembre est votre allié si vous acceptez son goût piquant : en infusion dans de l’eau citronnée, confit…

En homéopathie, selon le type de nausées, Nux vomica apaisera des nausées calmées par le vomissement et souvent accompagnées de constipation et de tension abdominale. Ipeca sera plus efficace si les nausées s’accompagnent d’hypersalivation et ne sont pas soulagées par le vomissement. Cocculus indicus sera choisi si les nausées s’accompagnent de dégoût aux odeurs d’aliments.

Choisissez une dilution moyenne (7CH) et prenez 3 granules toutes les ½ heures lorsque vous êtes gênée. Si le goût légèrement sucré des granules vous gêne, faites-en fondre 10 dans un petit verre d’eau et prenez une gorgée chaque demi-heure. Il existe d’autres médicaments homéopathiques susceptibles d’aider, mais ils dépendent de votre « terrain » et leur prescription se fera avec votre médecin homéopathe.

La constipation

Mangez des fruits, des crudités, des céréales complètes. Les pruneaux réhydratés pendant quelques heures, et consommés le matin et le soir, peuvent être suffisants !

En homéopathie, la liste des remèdes est longue. En voici quelques-uns : Raphanus niger en cas de ballonnements qui ne s’évacuent pas et tendent douloureusement le ventre, Nux vomica quand les ballonnements sont en haut de l’abdomen et provoquent des gaz, Opium quand aucun besoin d’aller à la selle n’est ressenti… Toujours en dilution moyenne (7CH), à raison de 3 granules 2 à 4 fois par jour.

Les jambes lourdes

Votre médecin vous aura peut-être prescrit dès le début de la grossesse des bas de contention. Même si les enfiler n’est pas toujours facile, ils préservent les veines de vos jambes pour minimiser, voire éviter, les varices en fin de grossesse.

Pensez à la douche fraîche sur les jambes, à surélever légèrement les pieds de votre lit et à éviter autant que possible la position debout immobile ou en piétinant.

En homéopathie, le complexe Hamamelis composé correspond à ces sensations de lourdeur, et se prend à raison de 3 granules, 2 à 4 fois par jour.

Les troubles du sommeil

Idéalement, l’idée est d’essayer d’éviter les somnifères classiques qui pourraient passer dans le liquide amniotique.

Si possible, ne consommez pas de café ou autres excitants. Prévoyez un sas de calme avant l’heure de votre coucher. Si vous aimez les écrans pour vous détendre, installez un logiciel qui neutralise les LED bleus afin de ne pas bloquer la mélatonine que votre cerveau fabrique pour vous aider à vous endormir.

Lero DNV est un complément alimentaire qui aide à retrouver un sommeil apaisé et réparateur : 1 capsule le soir.

Les elixirs floraux peuvent être des alliés précieux : je vous recommande un mélange personnalisé. Olive est la fleur qui permet de retrouver la sensation d’avoir sommeil, assure un sommeil plus réparateur et évite, ou corrige, la sensation de fatigue en journée. White chestnut vous aidera si vous cherchez le bouton « stop » dans votre tête : vous avez une idée qui tourne en boucle et vous empêche de vous endormir (ou de vous rendormir). Aspen, si une sensation d’angoisse vous tient éveillée ou vous réveille, sans pouvoir vraiment définir ce qui vous angoisse ainsi.

Prenez soin de vous

En résumé, vous avez des moyens simples et accessibles pour prendre les choses en main, ne pas subir les « signes sympathiques de grossesse » (et oui, c’est leur nom en médecine !) et prendre vous-même soin de vous.

Vous resterez vous-même tout en vous adaptant à ces quelques mois particuliers de votre vie. Et vous pourrez apprécier pleinement de porter et d’accueillir une nouvelle vie.